Collection Edgar : samedi 27 novembre

Simon Feydieu
Collection Edgar
le samedi 27 novembre 2010 15h00 – 20h00

Simon Feydieu, félicité de l’école des Beaux-Arts de Lyon en 2007, est un artiste dont la pratique ne peut être réduite à une ligne directrice. Sculptures monumentales, interventions minimales, emprunts et détournements, projets burlesques, commandes à d’autres artistes sont nombres des éléments qui établissent sa démarche.

Depuis quelques années, nous l’avons vu faire tenir des murs de parpaings grâce à un enduit composé d’aliments et de cocktails sucrés, équilibrer des montants aluminium sur des bottes de carottes, reprendre des œuvres « de collègues » afin de donner vie à ses projets. Il participe volontiers à la « résidence sur sculpture » initiée par Grégory Cuquel, la sculpture offre alors un socle à l’un de ses textes au cours d’une exposition. Parfois ces emprunts relèvent de la piraterie, des interventions « sauvages » apparaissent au détour d’œuvres dont les auteurs ne sont pas avertis, mais l’homme est gentleman, les addenda disparaissent dès la fin de l’exposition.

Ce jeune plasticien ne cesse de faire appel à d’autres artistes, que ce soit pour des collaborations ou bien pour des commandes qu’il passe pour un projet spécifique d’exposition, par exemple auprès de Benjamin Seror ou bien de Mrzyk et Moriceau qui dessinent la feuille de salle de l’une de ses expositions. Il n’est pas étonnant dès lors de savoir que Simon Feydieu agit également dans le domaine du commissariat, notamment au musée d’art contemporain de Dublin en 2009.

Et c’est finalement avec la double casquette de l’artiste en curator que Simon Feydieu intervient Chez Edgar ce samedi 27 Novembre 2010. Poursuivant une série initiée en 2009 à la galerie Ilka Bree (Bordeaux), il joue avec l’ambiguïté du lieu d’exposition – habituellement privé – et choisit d’y accrocher une sélection d’œuvres qu’il emprunte dans une médiathèque – geste qui rend ainsi publique une collection, par essence dédiée à un usage privilégié et privé. Commissaire-artiste, il sélectionne les pièces selon un système de prise de décision instinctif et esthétique. Artiste-commissaire, il intervient sur chacune des œuvres empruntées, selon un protocole bien établi et expérimenté, puis en compose l’accrochage. Si tant est que les fonctions de chacun puissent être à ce point définies…

avec le soutien de l’artothèque de Villeurbanne.

http://www.simon-feydieu.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s